La chapelle Saint-Louis en détail

En 1968, trois cents ans après sa construction, la Chapelle fut restaurée. 
Les murs extérieurs virent tomber le crépi et la pierre apparente fut mise en valeur. L’autel d’origine, en bois peint, fut démonté ou abattu. Il fut remplacé par un autel de pierre prélevé dans les hauts de Solliès-Toucas vers les Morières. Le pavage du sol fut aussi refait. Des vitraux furent créés par Ginette Balestra de Solliès-Toucas et mis en place.
Sur le mur de droite, vers le bas en direction de l’autel, on peut distinguer une croix blanche qui indique l’emplacement de la dépouille du Marquis de Vignol. En 1968, ses ossements furent découverts et replacés au même endroit. Le portrait de Madame de Cauvet, bienfaitrice de la Chapelle, se trouve au-dessus du bénitier. Il fut restauré à l’occasion du tricentenaire. Au-dessous, dans une niche, une statuette de plâtre représentant la Vierge Marie ou sa mère Sainte-Anne enceinte. On remarquera aussi quelques ex-voto du XIXème siècle.
Enfin, un buste de Saint-Louis se trouve à gauche de l’autel, sur son socle, protégé par un verre, on aperçoit une relique qui est un morceau d’os du roi.

Une fois par an en août, le dimanche précédent ou suivant la Saint-Louis, a lieu la fête du hameau. Une messe est donnée en plein air sur la place jouxtant la Chapelle. La procession consiste à porter le buste de Saint-Louis à dos d’hommes, parcourir les rues principales, en chantant un air provençal écrit par Henri Castel, enfant du hameau. La fête se poursuit par un apéritif et un repas, suivis de jeux de boules ou de cartes.